La naissance d’une femme excentrique

Devenir blogueuse m’a fait partir en voyage à la recherche de ma voix et de ma niche. Cette évolution m’est apparue très naturelle, guidée par les passions qui m’ont poussé à me lancer dans le blogging. Je m’enthousiasme pour les godes inhabituels et uniques, et je soutiens les artistes/créateurs indépendants. Je suis aussi un fan de jouets sexuels plus grands que la moyenne, et je veux briser la stigmatisation autour de cela. Et je pense que les jouets sexuels sont encore plus amusants lorsqu’ils sont utilisés avec un partenaire, même si le jouet en question n’est pas “destiné” à cette fin.

Bien que j’aie beaucoup réfléchi à mon style d’écriture et à mes sujets en tant que blogueuse, une chose que je n’ai jamais considérée était la mode. Comme j’étais anonyme, j’ai pensé que personne ne me verrait jamais, alors les vêtements n’avaient pas d’importance. Certes, dans ma vie de tous les jours, je m’inquiétais rarement de ce que je devais porter. Les vêtements étaient surtout pratiques, choisis en fonction du climat et de l’occasion.

Mon point de vue a changé après mon premier séjour à Woodhull. Bien sûr, il y avait beaucoup de gens qui portaient des vêtements d’affaires décontractés comme moi. Mais j’enviais les gens en montrant fièrement des tenues uniques, en laissant briller leur personnalité à travers leurs vêtements. J’ai donc commencé à me diversifier, à la recherche de vêtements et d’accessoires qui correspondaient à mon identité de blogueur. Lors de mon troisième voyage à Woodhull en 2017, j’en avais assez d’une garde-robe “Luna” pour couvrir facilement tout mon séjour.

Le sujet des vêtements a refait surface alors que je me préparais à aller à Playground à Toronto cette année. En faisant du shopping, je me suis sentie nostalgique du fait que, contrairement à tant de mes magnifiques amis blogueurs, je n’avais pas un style défini et distinctif. Sarah est la Femme Effrayante, toute en noir. Caitlin a du glamour rétro jusqu’à une forme d’art. Suz a un flair sûr d’elle, un flair de courbes et de courbes. Je commençais à me demander quelle était ma “chose”.

Quand je repense à mes tenues Woodhull, je constate qu’il n’y avait pas un schéma de couleurs cohérent, ni un style de tenue unique. Je portais une jupe en jean un jour, une jupe volantée en or le lendemain. Je pourrais porter un t-shirt ou un haut à col V en dentelle. Les bijoux peuvent être n’importe quoi….une bague tentacule, un tour de cou avec un mini Doxy Die Cast, un collier en cotte de mailles. Les chaussures allaient des hauts sommets ailés dorés aux talons hauts à plate-forme. Et les bas….les rayures, les filets de pêche arc-en-ciel…j’étais complètement éclectique.

Et puis ça m’a frappé.

C’est mon truc ? Qu’on ne sait jamais vraiment quelle tenue je pourrais monter ? L’appariement de l’ordinaire et de l’insolite, au mépris des conventions ?

Ouais, c’est moi. Mes vêtements préférés sont aussi variés et colorés que ma collection de godes. Je suis bizarre, stupide et… excentrique. C’est ainsi qu’est née mon esthétique Quirky Femme.

La magie d’un style féminin excentrique

Une fois que j’ai embrassé la beauté et l’amusement dans mon style chaotique, les choses ont commencé à se réunir pour Playground. J’ai acheté des collants dorés scintillants pour les assortir à une robe imprimée ciel nocturne et un jupon rouge pelucheux pour mettre en valeur une robe que je porte habituellement au bureau. J’ai emballé des bottes noires au genou, de jolies chaussures de ballet, des talons hauts avec des bracelets à la cheville et mon Doc Martens aux paillettes arc-en-ciel. J’ai suivi mon instinct et j’ai abandonné l’idée qu’il fallait que je tienne bien dans une “boîte”. Quirky Femme me permet de prendre les meilleurs morceaux de styles contrastés. Je peux être en partie artiste de cirque, ou pin-up des années 50, ou danseuse de cancan, ou sorcière, ou licorne. Je peux mélanger nerdy avec sexy, conservateur et sauvage. Il n’y a pas de règles, je porte ce qui me semble juste sur le moment.

 

Comme vous pouvez vous y attendre, je me sens plus en confiance dans le mode Femme excentrique. Mon extérieur correspond à mon intérieur. J’ai éteint mes filtres, je suis à l’aise dans ma propre peau. Ce que je n’avais pas prévu, c’est l’ampleur de ce regain de confiance. Au Playground, j’oubliais souvent que j’étais un introverti avec de l’anxiété sociale. Je ne ressentais pas mon sens habituel du doute quand quelqu’un me faisait un compliment ou avait du mal à trouver le courage de parler à de nouvelles personnes. J’ai chanté et dansé dans les rues de Toronto avec abandon. 1 J’ai eu mes premiers bleus aux fesses, gracieuseté de Taylor et de quelques méchants jouets Weal & Breech. Grâce à ma nouvelle bravade et aux sages conseils de Dirty Lola 2, j’ai même eu le courage de tweeter un très bon selfie des seins.

Dans le même ordre d’idées, je me suis aussi trouvé beaucoup plus enclin à flirter avec des personnes attrayantes, et étonnamment capable de reconnaître que certaines d’entre elles flirtaient à nouveau. Ma tendance habituelle est de rater les signes, ou de les interpréter comme des vœux pieux, ou d’être si anxieux que je m’éloigne au lieu d’aller de l’avant. Mais cette fois-ci, lorsqu’une occasion s’est présentée, je l’ai saisie. Avec des talons sexy, des filets de pêche et des paillettes généreuses sur le décolleté (merci, Nikita !!!!!), je suis parti pour de nouvelles aventures.

 

Femme excentrique dans son habitat naturel

Typiquement, dans les semaines qui suivaient Woodhull, mes vêtements bizarres étaient rapidement rangés et ne voyaient pas la lumière du jour pendant des semaines ou même des mois à la fois. Après Playground, je les gardais à portée de main. Je ne suis pas encore assez courageux pour me promener dans ce monde en costume, mais la plupart du temps, quelque chose d’au moins un peu scandaleux fait son apparition. Mes bottes à paillettes arc-en-ciel sont portées au cinéma. L’anneau tentaculaire se glisse dans une conférence parents-professeurs. Les collants à motifs mettent l’accent sur des vêtements de bureau qui, autrement, ne seraient pas remarquables. Le port de ces articles me redonne un peu de confiance en moi à Playground.

La vérité, c’est que Quirky Femme est quelque chose de plus profond que la mode. Il s’agit de me débarrasser des contraintes et de la honte que j’avais encore sur moi grâce à mon ex qui me maltraitait. Il a passé des années à essayer de dépouiller ma vie de couleur, de joie et d’excitation. On me disait tout le temps que j’étais trop. Trop salissant, trop étrange, trop audacieux, trop fort. Trop intelligent, trop fier, trop obstiné. Je devais me tenir dans son ombre, être un accessoire bien élevé pour améliorer son image. Il voulait que je sois calme, obéissant, conforme. Quirky Femme n’est absolument rien de tout cela. Quirky Femme signifie ne pas avoir peur de briller, de prendre de la place, de porter des motifs audacieux, d’attirer l’attention sur moi, d’être encore plus grand dans mes talons hauts. Quirky Femme est une célébration d’être moi, du fait que mon vrai moi a survécu et qu’il brille plus brillant que jamais.